LOSC – PSG : les notes du match avec un bon Gana Gueye …


Pour ce dernier match de la 21ème journée, le PSG s’offre un joli succès en terre nordiste (2-0). Éblouissant ce soir, Neymar a inscrit un doublé et permet aux siens de compter dix points d’avance sur l’OM au classement.

Dans le cadre de la 21ème journée de Ligue 1, le LOSC accueillait le PSG au stade Pierre-Mauroy. Les Dogues qui ont chuté à Dijon (1-0) lors de la dernière journée, rêvaient de s’offrir l’ogre parisien ce soir. Du côté des champions de France, on souhaitait poursuivre sur une dynamique positive après la qualification pour la finale de la Coupe de la Ligue acquise à Reims (3-0). Pour cette affiche, Christophe Galtier optait pour un 4-4-2 avec le duo Ikoné, Osimhen en attaque. Thomas Tuchel s’appuyait sur le même schéma avec Mbappé et Icardi en pointe.

Il fallait attendre la huitième minute pour entrevoir la première occasion du match. Luiz Araujo décochait une belle frappe bien détournée par Navas. Le PSG réagissait au quart d’heure de jeu avec Mbappé sur la gauche qui centrait pour Di Maria. El Fideo manquait totalement sa volée. Juste avant la demi-heure de jeu, les Parisiens ouvraient le score. Sur la droite, Di Maria alertait Neymar qui remettait à Verratti. Le milieu italien servait l’artiste brésilien dont la frappe enroulée à l’entrée de la surface se logeait dans la lucarne de Maignan (0-1, 28e).

Neymar survole la rencontre

Quelques minutes plus tard, Mbappé sur la gauche combinait avec Neymar et voyait sa tentative sortie in extremis en corner par Gabriel (32e). Vexé, le LOSC partait à l’assaut des buts parisiens. Suite un ballon perdu par Meunier sur la droite, Reinildo servait Osimhen qui voyait le cadre se dérober sur sa frappe (37e). Au retour des vestiaires, le PSG se procurait une incroyable occasion. Sur la droite, Di Maria distillait un bon centre pour Icardi qui remisait de la tête pour Mbappé. L’attaquant français perdait son duel face à Maignan (49e). Sur l’action, Reinildo touchait le ballon de la main, et monsieur Delerue indiquait le point de penalty. Neymar ne tremblait pas et convertissait le penalty (0-2, 52e).

Peu après l’heure de jeu, Neymar sur corner trouvait Icardi dont la tête n’était pas cadrée (65e). Le Paris Saint-Germain déroulait et Gueye lançait Mbappé en contre. L’attaquant français voyait sa frappe passer à côté (68e). Paris procédait en contre attaque et Neymar lançait Icardi aux abords de la surface. L’attaquant argentin servait Verratti qui alertait Mbappé dont la frappe était bien captée par Maignan (72e). L’attaquant parisien voulait forcer la décision sur un service de Verratti, mais sa frappe n’attrapait pas le cadre (85e). Dans les ultimes minutes du match, Mbappé bien servi par Di Maria perdait son duel face à Maignan (88e). Grâce à son seizième succès de la saison, le PSG comptait désormais dix points d’avance sur son dauphin l’OM.

L’homme du match : Neymar (8,5) : la star brésilienne très libre sur le front de l’attaque parisienne, s’est positionnée entre les lignes pour semer la zizanie. Capable de désarçonner n’importe quelle défense par ses fulgurances et sa technique, le numéro dix parisien a illuminé la rencontre en ouvrant le score d’une superbe frappe enroulée (28e). Un but qu’il a provoqué lui-même en s’appuyant sur Verratti. Quatre minutes plus tard, il sert Mbappé qui manque le break d’un rien (32e). L’international auriverde ne tremble pas au moment de convertir son penalty (0-2, 52e). Ses prises de balles incroyables déstabilisent ses adversaires. Véritable leader technique de son équipe, il est indispensable quand il réalise de telles prestations. Un match de haute facture pour l’ancien Barcelonais.

LOSC

Maignan (7) : le gardien formé au PSG a vécu une soirée frustrante. Auteur d’une intervention sur corner (25e) et de plusieurs bonnes relances au pied, il a également fait plusieurs arrêts importants notamment en fin de match sur une frappe de Mbappé. Malheureusement, il ne pouvait qu’effleurer le ballon sur le but de Neymar (28e). Le portier était ensuite tout proche d’arrêter le pénalty parisien (50e), en vain.

Celik (5,5) : l’international turc a eu du boulot face à Kylian Mbappé. Il a tenté de contenir le génie parisien comme il pouvait, mais a eu beaucoup de mal. Le latéral droit a néanmoins livré une bonne performance offensive, en contre-attaque (21e) et dans l’exercice du centre (21e).

Fonte (5) : le Portugais a réalisé quelques interventions notamment en fin de match, mais n’était pas présent pour défendre sur Neymar sur le premier but parisien. Il a eu du mal face à la fougue des attaquants du PSG, notamment sur Kylian Mbappé (31e, 70e), à l’instar de l’ensemble de ses coéquipiers.

Gabriel (6) : le score n’est pas révélateur du travail défensif qu’il a réalisé. Associé à Jose Fonte dans la charnière, il a été l’auteur de plusieurs bons gestes défensifs, dont un salvateur (31e). Le défenseur se distinguait au début du second acte, mais sa tête fuyait le cadre. Un match rageant.

Reinildo (6,5) : n’avait plus joué en Ligue 1 depuis le 30 novembre. Il a fait une bonne première période. Présent dans les offensives du LOSC, il tentait une frappe dans les premières minutes puis par la suite, réalisait de bonnes interventions notamment dans les pieds de Meunier. Il est malheureux au début du second acte en faisant une main dans la surface, synonyme de pénalty pour le PSG. Il a été l’un des meilleurs Lillois.

Soumaré (6) : n’a pas été le Dogue le plus en vue, mais a réalisé un travail de l’ombre. Il a bien exécuté ce qu’il a eu à faire à l’image de sa bonne transversale vers Osimhen à l’approche de la mi-temps. Il réalisait également une bonne ouverture pour Ikoné à la 71e minute. Remplacé par Rémy (79e). L’attaquant a marqué un but (93e) mais a vu celui-ci être refusé pour hors-jeu.

André (4,5) : l’ancien Rennais n’a pas réalisé son meilleur match. C’est lui qui défendait sur Neymar sur le premier but parisien, mais il n’a pas réussi à le contrer. II a perdu quelques ballons. Souvent en retard, il était amené plusieurs fois à la faute et récoltait un carton jaune (38e). Remplacé par Xeka (58e). Ce dernier était impliqué dans plusieurs bons coups.

Sanches (6,5) : le Portugais a fait un bon match. Il a récupéré plusieurs ballons au milieu de terrain, notamment dans les pieds de Neymar en première période. Le Portugais était également dans les bons coups offensifs du LOSC et a montré de l’envie. Un très bon match à mettre à son crédit. Seul hic, ses coups de pied de coin qui ont pour la plupart mal été tirés.

Araujo (5,5) : a été l’auteur de la première grosse occasion du match (10e). Une frappe lointaine du gauche qui a obligé Navas à faire une parade. Il n’a pas raté grand-chose dans cette rencontre. Remplacé par Bamba (67e). Il s’est montré actif et a tenté d’apporter sa pierre à l’édifice dans ce match.

Ikoné (5,5) : a fourni beaucoup d’efforts, avec notamment un bon pressing. L’international français s’est retrouvé dans plusieurs bons coups offensifs, à l’image de l’occasion de Xeka peu après l’heure de jeu, mais a également montré de la maladresse. Il pensait faire une passe décisive à Loïc Rémy à la 93e mais son coéquipier était signalé hors-jeu.

Osimhen (5) : ce match lui a offert un duel acharné avec Presnel Kimpembe. Lorsqu’il n’avait pas le ballon, le buteur lillois était au pressing. Il s’est montré dangereux à quelques reprises. Une frappe non cadrée (35e) puis une autre deux minutes plus tard qui passait de peu à côté du poteau gauche. Le Nigérian était bien encadré par la défense parisienne et n’a pas pu s’exprimer comme il le souhaitait.

PSG

- Navas (6) : le portier costaricien n’a pas mis longtemps à entrer dans son match. Il détourne d’une belle claquette une superbe frappe de Luiz Araujo (8e). Hormis cette parade, le gardien parisien n’a pas eu grand chose à se mettre sous la dent. L’ancien Madrilène reste décisif quand les circonstances l’exigent.

- Meunier (5,5) : le latéral belge s’est évertué à bien défendre en essayant de museler Reinildo et Luiz Araujo sur son côté. Le Diable Rouge perd un ballon dangereux aux abords de sa surface qui provoque la frappe d’Osimhen (37e). Le scénario positif du match lui a permis d’être plus serein. Le latéral droit a pu évoluer plus haut en fin de match.

- Thiago Silva (5) : le capitaine parisien a eu du boulot ce soir face aux attaquants lillois. Le défenseur central brésilien a essayé d’apporter de la sérénité à sa défense au plus fort de la pression nordiste. Sa lecture du jeu et sa science du placement lui permettent de répondre présent dans les situations chaudes. Remplacé à la 46e suite à une petite alerte à la cuisse par Kouassi qui est entré avec sérieux dans cette rencontre. Le titi parisien n’a pas eu trop à s’employer.

- Kimpembe (6,5) : le défenseur central parisien avait fort à faire ce soir avec le duo Ikoné, Osimhen. L’international français très concentré, s’est montré très costaud dans les duels. Appliqué dans la relance, le champion du monde a fait preuve d’abnégation sur le terrain. Il a pris ses responsabilités à la sortie de Thiago Silva en se comportant en leader. Extrêmement serein, il n’a pas laissé grand chose aux attaquants lillois ce soir. Une copie très propre rendue par le champion du monde 2018 ce soir.

- Diallo (5) : le latéral gauche français a éprouvé des difficultés à entrer dans le match avant de se montrer plus convaincant après le premier but parisien. Souvent bougé dans les duels avant l’ouverture du score parisienne, il a rectifié le tir par la suite. Lui aussi a profité du scénario de la rencontre pour s’octroyer un peu de tranquillité dans son couloir. Remplacé à la 75e par Dagba qui a passé un quart d’heure tranquille.

- Verratti (6) : l’international italien ne s’est pas caché ce soir. Souvent à la baguette, il a orienté le jeu parisien avec son habituelle aisance dans les transmissions. Passeur décisif sur l’ouverture du score de Neymar (0-1, 28e). N’a pas hésité à redescendre pour prêter main forte à ses défenseurs et proposer des solutions. Au retour des vestiaires, le Petit Hibou a semblé baisser le pied physiquement. Toujours aussi généreux dans l’effort cependant. Sa qualité dans les transmissions reste un régal.

- Gueye (6) : l’ancien Lillois effectuait son grand retour au stade Pierre-Mauroy ce soir. Il s’est évertué à jouer juste dans ses transmissions et à contenir les assauts nordistes. Le milieu sénégalais a paru en difficulté par instants face à l’impact nordiste dans l’entrejeu. Plus à son avantage après le deuxième but parisien qui a sonné les Lillois. Il en a profité pour faire parler sa qualité dans la projection. L’ancien joueur d’Everton a été plus à l’aise dans la récupération du ballon. Averti à la 80e.

- Di Maria (5,5) : El Fideo titularisé couloir droit ce soir, est impliqué sur l’ouverture du score parisienne. Sa vision du jeu lui permet d’alerter Neymar à l’entrée de la surface (0-1, 28e). Peu avare d’efforts, l’international argentin est toujours dans les bons coups offensifs de son équipe. Son centre est à l’origine de l’occasion pour Mbappé qui amène le penalty (49e). L’ancien Madrilène est capable d’alterner jeu court, jeu long avec aisance. Beaucoup plus discret après l’heure de jeu. Aurait pu se muer en passeur décisif sur le duel perdu par Mbappé face à Maignan (88e).

- Neymar (8,5) : voir ci-dessus.

- Mbappé (4,5) : très actif sur son côté gauche, le génie français n’a cessé de provoquer ses adversaires dans le premier acte. L’ancien Monégasque aurait pu marquer suite à un bon relais avec Neymar (32e). Il reste un danger constant pour l’équipe adverse par ses accélérations dévastatrices. L’international français gâche deux belles opportunités (68e) et (72e). Un second acte beaucoup plus discret où il a semblé émoussé physiquement. Bien servi par Di Maria, le natif de Bondy perd son duel face à Maignan (88e).

- Icardi (3,5) : toujours aussi discret dans le jeu, le buteur argentin a essayé de combiner avec Neymar et Mbappé. Impliqué sur l’occasion qui provoque le penalty puisque sa remise de la tête est touchée de la main (51e). Sa tête sur un corner de Neymar ne trouve pas le cadre (65e). Encore un match sans but (le quatrième) pour l’intéressé. Remplacé à la 72e par Herrera plutôt discret lors de son entrée en jeu.