Tapha Guèye et Cie persistent et signent : « Le CNG doit céder la place »


Le collectif des lutteurs pour le départ du cng faisait face à la presse hier après midi. Encore une fois il a été question du départ imminent de l’instance dirigeante de la lutte Sénégalaise.

Selon Moustapha Guèye: « En en France une licence pour un sportif (Karaté, boxe et autre) coûte 2 euros au moment où il est vendu à 15 euros au Sénégal. Aussi poursuit-il, « pour déposer un recours, le lutteur paye 25 OOO FCFA ».

La lancinante question des sanctions pécuniaires a été également abordée.
« Aucun lutteur n’a jamais bénéficié d’une assurance alors qu’on le coupe 1% pour chaque combat. Chaque sanction vaut 15% du reliquat du lutteur », se désole l’ex Tigre de Fass.

« Pour organiser un combat, le promoteur doit obligatoirement donner une caution de trois millions non discutables
S’y ajoute que la retraite à 45 ans fixée par Alioune Sarr et Cie est injustifiée, car ailleurs le sportif arrête sa carrière quand il le veut et quand il le sent.

Khadim Gadiaga pour sa part a plaidé pour une démocratisation des instances dirigeantes de la lutte

Étaient présent à la rencontre (comme ténors) Gris Bordeaux, Lac de Giers 2, Lac de Guiers 1, Boy Kairé, Tapha Guèye tigre de Fass, Balla Diouf, Khadim Gadiaga (président du Collectif) et Gris 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *