Ligue 1 : Toulouse et Rennes dos à dos , But de Niang et Sarr !


Toulouse et Rennes ne sont pas parvenus à se départager (2-2), ce dimanche. Ils occupent respectivement la 15e et 13e place du Championnat.

Rennes n'en finit plus de fêter son succès en Coupe de France en réalisant le même score que face au PSG en finale (2-2, 6 t.a.b. à 5). Après Monaco (2-2, 34e j.), les Rouge et Noir, sans Ben Arfa, officiellement forfait en raison d'un problème musculaire, ont ramené un résultat nul à quatre buts du Stadium. Pourtant, Toulouse a attaqué la première période sans omettre intensité et pressing. Son côté droit a étalé d'entrée de bonnes dispositions, à travers le tir dangereux d'Amian (5e) et les dribbles de Dossevi (8e), à l'origine d'un coup-franc. Mais la flamme s'est vite éteinte dans le vent froid du Stadium, tandis que Rennes a fini par se servir de son starter pour démarrer. Seul au second poteau, Hunou a ainsi croqué une occasion idéale de la tête, sur un centre de Lea-Siliki (14e).

 

Une fois passé ce moment fort, la partie a été désertée par les frissons jusqu'à l'ouverture du score de Niang, qui a profité de la très mauvaise défense de Shoji pour s'avancer vers le but et enrouler une frappe du droit (0-1, 35e). Mais les Violets n'ont pas eu le temps de laisser les idées noires se propager : cinq minutes plus tard, la main malencontreuse de Da Silva, à la lutte avec Sanogo, leur a offert un penalty. Sanogo s'est emparé du ballon, Gradel le lui a subtilisé, mais c'est Durmaz qui a finalement été désigné par le banc toulousain pour se charger, avec réussite, de la sentence (1-1, 40e).

À la 52e, le meneur suédois, encore lui, a délivré, côté droit, un coup franc pour la tête de Dossevi, qui a dévié le ballon du bout des cheveux dans les filets rennais (2-1). Les coups de pied arrêtés devenant de plus en plus le thème de la soirée, un nouveau penalty a entraîné l'égalisation bretonne, suite à l'entrée en scène très commentée du VAR. Suite au visionnage des images, Monsieur Delajod a, en effet, sifflé très, très sévèrement après que Sanogo eut touché du coude Niang, lors d'un duel aérien, sur corner. Sarr, jusque-là transparent, a déballé le cadeau sans trembler (2-2, 58e). Gradel, en touchant le poteau de la tête (75e), a matérialisé la réaction des Toulousains, insuffisante pour récolter mieux que ce nul, qui retarde l'officialisation de leur maintien.

Le joueur : Dossevi s'est multiplié

Le flanc droit toulousain était le côté fort, ce dimanche. Amian a réalisé une première période de qualité et Dossevi a animé avec appétit l'attaque toulousaine tout au long du match. Son but de la tête (52e) s'est superposé à une belle qualité de débordement. Un de ses centres aurait d'ailleurs pu donner la victoire à son équipe, mais Gradel l'a repris de la tête, sur le poteau gauche (75e).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *