Les Légendes saluent leur implication dans le devenir du football Africain


Devant un parterre de journalistes, les Légendes du football africain ont accepté de mouiller le maillot saluant la décision de la Confédération africaine de football de les impliquer dans le devenir du football continental en les associant aux Aiteo CAF Awards prévus ce mardi à Dakar au Sénégal.

‘’Moi je suis très content d’être là et je sais qu’unis nous pouvons faire de grandes choses pour le football africain’’, a lancé l’ancien attaquant des Super Eagles du Nigeria, Nkwanku Kanu prenant la suite des attaquants Samuel Eto’o et El Hadj Diouf qui avaient ouvert le bal des questions-réponses dans une salle de conférences comble.

Le Camerounais Samuel Eto’o a mis l’accent sur la politique sportive devant être mise en place dans les pays africains pour faire avancer le football continental.

‘’Les talents il y a en, nous avons besoin de bonnes politiques sportives et que surtout l’argent du football va aux footballeurs’’, a dit le quadruple Ballon d’or saluant leur invitation à ces Aiteo CAF Awards 2018.

‘’La CAF et la FIFA donnent assez d’argent mais la question qu’il faut se poser où va cet argent’’, a questionné l’attaquant camerounais arrivé à Dakar samedi.

‘’Il y a un besoin d’infrastructures, de bonnes conditions de travail pour que les joueurs africains puissent rester chez eux’’, a-t-il par ailleurs ajouté.

Le régional de l’étape, El Hadj Diouf qui a informé avoir pris langue ‘’avec le président Macky Sall pour la tenue des CAF Awards au Sénégal’’, ne dit pas autre chose en informant qu’il n’y a pas souvent le minimum pour bien joueur au football dans nos pays africains.

‘’Tout petit, nous avons rêvé devant nos télévisions d’aller jouer dans les plus grands championnats à travers le monde notamment en Europe’’, a indiqué l’ancien joueur du RC Lens (France) et de Liverpool (Angleterre).

‘’Je sais qu’à la fin de nos carrières respectives en Europe, nous aurions aimé revenir faire un tour à la maison mais le minimum n’existe même pas pour cela’’, a-t-il expliqué soulignant qu’il reste beaucoup de travail pour que les clubs africains titillent les meilleurs du monde.

‘’Nous aurions aimé voir des clubs africains titiller ceux de l’Europe comme le Real Madrid mais ce n’est tout simplement pas possible’’, a-t-il par ailleurs ajouté saluant l’initiative de la Confédération africaine de football (CAF) qui a placé cette édition en l’honneur de Jules Bocandé, l’ancien capitaine des Lions décédé en mai 2012 en France.
Appelé à témoigner sur son prédécesseur chez les Lions, Habib Beye a rappelé que ce dernier a guidé ses pas en sélection du Sénégal.

‘’Oui, il était là avec nous lors des quatre CAN que j’ai jouées et la coupe du monde 2002’’, s’est souvenu l’ancien capitaine de l’OM parlant de l’illustre disparu.

La génération 2002 fera face aux Légendes africaines ce lundi à 19h au stade Léopold Sédar Senghor de Dakar.
Les footballeurs africains doivent suffisamment croire en eux (Des Légendes)

De la conférence de presse animée ce dimanche par les Légendes du football africain à la veille de leur match d’exhibition prévu au stade Léopold Sédar Senghor, il est revenu souvent la foi que les footballeurs africains doivent avoir en leurs propres capacités.

En premier, l’ancien attaquant des Lions Indomptables du Cameroun, Samuel Eto’o qui a déclaré vouloir s’appesantir sur le titre qu’il n’a pas gagné et qui lui est resté en travers de la gorge.

‘’A plusieurs reprises, j’avais eu une équipe qui aurait pu me permettre de gagner ce trophée qui manquera à mon palmarès, la coupe du monde mais je n’ai pas pu le faire parce que nous n’avons pas cru en nous’’, a rappelé le quadruple Ballon d’or.
‘’En 2002, en 2010, nous avons eu l’équipe pour aller au bout, je peux dire la même chose du Sénégal en 2002, du Ghana en 2010, du Nigeria avec ses grandes générations mais c’est dommage que nous n’avions pas assez cru en nous’’, a-t-il martelé indiquant qu’il faut que ça change.

‘’En Afrique, le talent n’a pas jamais manqué mais seul la confiance en nous-mêmes’’, a-t-il regretté indiquant que cet état de fait doit changer pour que le football africain puisse aller de l’avant.

En menant d’abord sur place de véritables politiques sportives dans les pays et en choisissant des hommes qui s’intéressent au football à la tête des fédérations, a dit Samuel Eto’o qui rappelle que la Fifa et la CAF donnent assez d’argent.
‘’Mais cet argent ne va pas aux ayant droits’’, a-t-il déploré appelant à la mise sur pied d’infrastructures sportives de qualité.

Dans le même sens, Mark Fish, le défenseur sud-africain vainqueur de la CAN 1996 déplore que sa génération s’est contentée de ce trophée.
‘’Or, elle aurait pu aller beaucoup plus loin’’, a-t-il dit.

El Hadj Diouf, le régional de l’étape double Ballon d’or africain 2001 et 2002 n’a pas dit le contraire alors que Habib Beye estime que les footballeurs africains ne sont pas jugés à l’aune de leurs qualités sur le plan international.
‘’Samuel Eto’o aurait dû gagner un Ballon d’or et j’ai crié au scandale quand j’ai vu le classement de Sadio Mané lors du dernier Ballon d’or’’, a-t-il insisté relevant qu’il ne comprend pas que le leader technique des Lions soit moins bien classé que son coéquipier à Liverpool, le Brésilien, Firmino.

Eto’o qui conforte Habib Beye dans son analyse, estime que les Africains doivent être les premiers supporters de leurs représentants.

‘’Les Brésiliens sont très forts à ce niveau alors que nous, nous avons tout le temps quelque chose à reprocher à nos vedettes même si elles font tout leur possible’’, a-t-il expliqué appelant les Sénégalais à porter au pinacle Sadio Mané.
‘’Parce que c’est le meilleur footballeur sénégalais et ses coéquipiers doivent aussi lui montrer que c’est lui le leader’’, a indiqué l’ancien attaquant des Lions Indomptables du Cameroun.

Cinq Légendes que sont Eto’o, Diouf, le Nigérian Kanu, le Sud-africain Mark Fish et l’ancien défenseur du Sénégal, Habib Beye actuel Consultant sur une chaîne française n’ont pas manqué de saluer cette initiative de la CAF qui les associe à ses événements.
Auparavant, le Secrétaire général adjoint de la CAF, Anthony Baffoe a souhaité la bienvenue à ces Légendes et leur a tendu la main pour qu’elles puissent continuer d’apporter leur contribution au développement du football africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.