L’Allemagne et le Chili se neutralisent à la Coupe des Confédérations


L'Allemagne et le Chili se sont neutralisés (1-1), ce jeudi à Kazan lors de la deuxième journée de la Coupe des Confédérations. Aucune des deux équipes n'est qualifée pour les demi-finales.

Le match : 1-1

Chacun a eu sa mi-temps. Le Chili, impressionnant en première période, a manqué de jus ensuite. Il peut s'en vouloir de ne pas avoir aggravé le score après le but d'Alexis Sanchez (6e), mais la frappe terrible de Vargas a heurté la barre (20e) et ce même Sanchez a manqué de réussite (45e+1, 48e). Dépassés dans l'impact durant la première demi-heure (Mustafi et Ginter n'ont pas marqué des points), les Allemands ont fait preuve de réalisme et égalisé à l'issue d'un joli mouvement à trois (Can-Hector-Stindl, 41e).

Le deuxième but de la compétition de l'attaquant de Mönchengladbach permet à la Mannschaft, davantage en maîtrise après la pause, de se contenter d'un nul, dimanche à Sotchi, face au Cameroun, pour se qualifier en demies. Mais il lui faudra un meilleur résultat que le Chili (opposé à l'Australie à Moscou) pour lui subtiliser la première place du groupe. La Roja sera probablement privée de son capitaine Gary Medel, touché derrière la cuisse droite, et contraint de sortir à vingt minutes de la fin du match, ce jeudi à Kazan.

Le joueur : Alexis Sanchez dans l'histoire

Pour l'entrée en lice du Chili, face au Cameroun (2-0), il se trouvait sur le banc, à cause d'une cheville douloureuse. Cela ne l'avait pas empêché d'être présent sur les deux buts en fin de rencontre. Ce jeudi soir, l'attaquant d'Arsenal, très courtisé sur le marché des transferts, a frappé tôt, d'un pointu du gauche astucieux sur la droite de Ter Stegen, après une remise de Vidal (6e). Généreux dans ses courses, dangereux balle au pied, averti pour contestation (64e), le désormais seul meilleur buteur chilien de l'histoire a été logiquement élu homme du match.

Le fait : Kazan de Chile !

Kazan avait des allures de petit Santiago, jeudi soir. Bien avant la rencontre, et jusque tard dans la nuit, les supporters chiliens ont fait résonner leur célèbre chanson «Chi chi chi, le le le, viva el Chile !». Durant le match, ils ont fortement poussé la Roja, obligeant les spectateurs russes à rivaliser par moments en lançant de puissants «Rossiya, Rossiya.»

11 : Les onze joueurs chiliens présents au coup d'envoi étaient nés dans les années 80, tandis que leurs adversaires allemands, à l'exception de Lars Stindl (1988), étaient nés dans les années 90.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.