Le Bayern fait exploser Arsenal (5-1) et se qualifie en quarts de finale


5-1 à l'aller, 5-1 au retour. Après y avoir (un peu) cru en première période, Arsenal a explosé en plein vol face au Bayern Munich, après l'expulsion de Laurent Koscielny. Une débâcle et une désillusion de plus pour Arsène Wenger.

Le match : 1-5

C'est une montagne qui se dressait devant Arsenal à l'heure de recevoir le Bayern Munich à l'Emirates, ce mardi en 8e de finale de la Ligue des champions. Pour voir les quarts, les Gunners devaient effacer le 5-1 du match aller.

Dès le coup d'envoi, les Bavarois s'appliquent à conserver la balle pour imposer leur ryhtme, mais Arsenal prend le dessus au milieu de terrain. Le binôme Bellerin-Walcott, notamment, travaille bien et fait souffrir le couloir gauche du Bayern. Les Gunners parviennent à trouver des espaces et Olivier Giroud, aligné à la dernière minute pour pallier au forfait de Danny Welbeck, est tout près d'ouvrir le score, mais voit sa tête mourir au pied du poteau gauche de Manuel Neuer (14e). C'est de Theo Walcott, auteur d'une grosse première période, que va venir la lumière quelques minutes plus tard. Après une percée sur l'aile droite, l'attaquant de 27 ans rentre vers le but de Neuer et fusille le gardien allemand en angle fermé, pour faire rugir un Emirates Stadium prêt à croire au miracle (1-0, 20e).

Une expulsion qui pose question

Plus tranchants, les joueurs d'Arsène Wenger insistent et Walcott est tout proche de rejouer le même coup aux Allemands, mais sa frappe ne trouve, cette fois, que le petit filet (34e). Sur l'une de ses rares incursions dans le camp adverse, le Bayern réagit, mais Lewandowski gâche l'offrande de Robben, qui lui avait adressé un génial petit ballon piqué par dessus la défense (38e).

Après une première période de haute intensité, Arsenal baisse un peu le pied après la pause, et le Bayern revient avec l'intention de vite marquer. Et c'est finalement un fait de jeu qui va doucher les rêves des 60 000 supporters anglais, à la 53e minute. Lancé par Ribéry, Lewandowski est bousculé dans la surface par Laurent Koscielny et obtient un penalty, qu'il transforme (1-1, 55e). Pour cette faute, le défenseur français est expulsé par le corps arbitral, au centre des attentions en deuxième période pour ses décisions discutables.

Les Gunners explosent en plein vol

Abattus et à dix, les joueurs d'Arsène Wenger ont arrêté de presser, et même de jouer, après cette égalisation quasiment synonyme d'élimination. Le Bayern Munich s'est alors chargé de rappeler qu'il était un géant d'Europe, en assommant les Gunners en contre à plusieurs reprises dans un Emirates qui se vidait peu à peu. D'abord par Robben, après une perte de balle de Sanchez devant sa surface (1-2, 68e). Puis c'est Douglas Costa, à peine entré en jeu, qui s'est amusé d'Ospina, abandonné par sa défense (1-3, 77e). Arturo Vidal a rajouté deux autres buts pour corser un peu plus l'addition (80e et 85e, 1-5). Une désillusion supplémentaire pour Arsène Wenger et ses joueurs.

7C'est la 7e fois consécutive qu'Arsenal est éliminé en 8e de finale de la Ligue des champions. Comme en 2012/2013 et en 2013/2014, c'est le Bayern Munich qui met fin au parcours des Gunners.

Le fait : le rouge de Koscielny

À la 53e minute, Koscielny déséquilibre Lewandowski dans la surface. Anastasios Sidiropoulos siffle penalty et donne un carton jaune au défenseur français. Mais l'arbitre principal est déjugé par son arbitre de surface. Après ne pas avoir signalé une faute sur Walcott dans la surface en première période, celui-ci demande à l'arbitre de changer son jaune en rouge. Laurent Koscielny est renvoyé aux vestiaires, et les derniers espoirs des Gunners avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *