Le PSG domine Bâle et passe en huitièmes de finale


Le PSG est allé s’imposer de justesse à Bâle (2-1), ce mardi en Ligue des champions. Thomas Meunier a offert le succès à la dernière minute aux Parisiens, qui se qualifient ainsi pour les huitièmes de finale de la compétition.

Le match : 1-2

Ça ne tient parfois à pas grand-chose, un match réussi. Sans la reprise de volée géniale de Thomas Meunier (voir ci-dessous), qu’aurait-on dit du résultat du PSG, ce mardi à Bâle ? Un match nul aurait éloigné les joueurs d’Unai Emery de la première place du groupe A, Arsenal ayant gagné dans le même temps à Ludogorets (3-2). Mais grâce à ce joli point final, ajouté en conclusion d’une rencontre globalement aboutie, mise à part l’égalisation inattendue de Zuffi (76e), le PSG s’est imposé (2-1) et c’est tout ce qui compte. Qualifié pour les huitièmes de finale, il pourra disputer sa petite finale à Londres, le 23 novembre face aux Gunners, l’esprit libéré.

Pour éviter la même frayeur qu’au match aller, les Parisiens ont exercé un gros pressing d’entrée. Pendant vingt minutes, ils ont récupéré le ballon très haut, empêchant totalement les Suisses de s’exprimer. Leur énergie aurait mérité d’être récompensée, mais bien servi par Marco Verratti en profondeur, Edinson Cavani a trop enlevé son lob (19e). Dans la foulée, à la conclusion d’une remontée de balle collective spectaculaire, le petit Italien s’est aussi procuré une grosse occasion. Mais sa frappe n’a pas trouvé le cadre (21e).

En manque de réussite jusque-là, les champions de France en ont enfin bénéficié pour ouvrir le score, juste avant la mi-temps, sur une frappe non-cadrée de Thomas Meunier trouvant le mollet heureux de Blaise Matuidi, à la suite d’un corner (43e). Sa déviation soulageait alors Unai Emery et ses joueurs, qui après la pause, sont revenus tout aussi dominateurs. Lucas (46e), Thiago Motta (50e et 75e), Meunier déjà (52e et 80e), Cavani (58e) et Di Maria (64e) ne sont pas passés loin d’offrir un avantage plus conséquent à Paris. C’est finalement Meunier, au moment où plus personne ne l’attendait (90e), qui a réussi son coup de génie. Paris lui dit merci.

Le fait : La reprise incroyable de Thomas Meunier

Après un match maîtrisé mais trop d’occasions ratées, le PSG se dirigeait vers un match nul, quand Thomas Meunier a sauvé les siens d’une merveilleuse reprise de volée (90e). À la réception d’un centre d’Adrien Rabiot, entré en jeu après l’égalisation suisse, le défenseur international belge a expédié le ballon dans la lucarne de Vaclik, depuis l’extérieur de la surface. Un but venu d’ailleurs, qui permet à Paris de souffler un grand coup.

Le joueur : Alphonse Areola s’est fait surprendre

Souvent irréprochable jusque-là, depuis sa promotion comme gardien numéro un devant Kevin Trapp, Alphonse Areola a connu sa première soirée difficile dans la cage parisienne. À l’origine de la blessure de Thiago Silva à la mi-temps, il n’a pas été très inquiété en première période, exception faite d’un arrêt sur un tir de Delgado (15e). Mais en seconde, le jeune portier (23 ans) a fait preuve d’une étonnante fébrilité. Sur une touche anodine, rapidement jouée par le champion helvète, il a été complètement surpris et lobé par le centre-tir de Luca Zuffi (76e). Dix minutes plus tard, il aurait pu s’incliner une deuxième fois sur une reprise de Janko (86e), finalement non-cadrée.
5 : Pour la cinquième saison consécutive, le PSG disputera les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Lors des quatre précédentes, le club parisien s’est toujours ensuite qualifié pour les quarts, où il s’est ensuite arrêté.