Premier League : Arsenal-Liverpool (3-4), les Reds frappent fort

Le premier choc de la saison en Angleterre a vu Liverpool mater Arsenal sur sa pelouse. Au terme d’une rencontre plaisante et riche en buts, les Reds l’ont emporté 4-3.

1e journée de Premier League :
Arsenal-Liverpool : 3-4
Buts :
Walcott (31e), Oxlade-Chamberlain (64e), Chambers (75e); Coutinho (45e, 56e), Lallana (49e), S. Mané (63e)

Arsenal et Liverpool nous ont certes déjà habitués à des matches à couper le souffle, mais on a plutôt été agréablement surpris par la qualité de jeu et le niveau d’intensité pour ce choc de Premier League pour un match de reprise. Le désir conjugué de Klopp et de Wenger de faire davantage du jeu et de prendre des risques dès le début de la saison, s’est bien fait ressentir. Les Gunners qui n’ont aligné aucune recrue pour ce premier test hormis le jeune défenseur axial Rob Holding, transfuge de Bolton semblaient plutôt sereins en début de match face à une un adversaire organisé mais pas souvent dangereux. Rapidement Aaron Ramsey s’est offert une première occasion dès la 7e minute mais son tir cadré a été bien capté par Mignolet. Les Reds ont riposté rapidement par une frappe rasante de Clyne, lancé sur le côté droit et qui a buté à son tour sur Cech (13e).

Un pouvoir offensif des Reds impressionnant

Après un lob manqué de Ramsey de trente-cinq mètres (22e), Arsenal a pu bénéficier d’un penalty suite à une faute évidente d’Alberto Moreno dans la surface sur Walcott. Ce dernier a vu son penalty repoussé brillamment par Mignolet (30e), mais ce n’était que partie remise. Une minute après, une perte de balle d’Henderson a profité à Iwobi qui lançait idéalement Walcott sur le côté droit. L’attaquant d’Arsenal s’est bien appliqué sur sa frappe croisée qui Mignolet ne pouvait arrêter (1-0, 31e). Les Gunners auraient dû profiter de cette fin de première période pour faire le break car cette période correspondait à un temps fort d’Arsenal qu’ils n’ont pas su faire fructifier face à une équipe de Liverpool qui peinait à trouver Firmino et Mané en attaque. Il a fallu un bijou de Phillipe Coutinho et un bel exploit sur un coup franc direct dans la lucarne du brésilien pour relancer les Reds et remettre les pendules à l’heure (45e+2, 1-1).

Dès lors, l’équipe de Jurgen Klopp n’était plus la même, bien plus confiante et plus créative elle a complètement englouti son adversaire londonien au début de la seconde période. Si son premier but a été l’œuvre d’un coup de pied arrêté  les trois suivants ont été consécutifs à des attaques rapides et à des actions de jeu que le Barça de Guardiola ne pourra sans doute pas renier. C’est d’abord Lallana qui donna l’avantage aux siens suite à un grand travail et au sang-froid du hollandais Wijnaldum sur le côté gauche (49e, 1-2). Philippe Coutinho profitait par la suite de la passivité de la défense des Gunners et d’un très bon centre de Clyne pour enfoncer un premier clou (56e, 3-1) avant que l’exploit individuel de Sadio Mané sur le côté droit qui a passé toute la défense d’Arsenal en revue avant d’expédier un puissant tir dans les buts d’Arsenal sous les yeux de Cech impuissant (63e, 4-1).

Le réveil tardif des Gunners n’a pas suffi

L’ancien attaquant de Sunderland a pu montrer sur ce but les raisons pour lesquelles les dirigeants de Liverpool se sont focalisés sur lui durant ce mercato. Son exploit a donné quelques bonnes inspirations aux joueurs d’Arsenal bien perdus sur le terrain depuis la pause, puisque Oxlade Chamberlain s’est lui aussi trouvé quelques talents de dribbleur pour éliminer quatre défenseurs de Reds et envoyer sa frappe au ras du poteau des buts de Mignolet (64e, 4-2). C’était un premier avertissement pour les Reds qui pensaient vivre une fin de match paisible. Le second est venu de la tête de Chambers sur un coup franc de Cazorla dans la surface (75e, 4-3). Arsène Wenger a su solidier son milieu de terrain et donner plus de variété et de tonus au jeu de son équipe grâce aux entrées successives de Oxlade Chamberlain, Cazorla et Xhaka. Malheureusement ce second souffle d’Arsenal n’a pas suffi pour rattraper le retard conséquent de trois buts sur l’adversaire.

Deux grands enseignements de cette rencontre, Primo: le pouvoir offensif des Reds est nettement supérieur cette saison à ce qu’il était avec Origi et Benteke. Secondo: Arsenal aura encore des soucis à se faire sur sa capacité à rivaliser avec les grands avec autant de déchets et de carences défensives. Néanmoins la volonté constante de l’équipe d’Arsène Wenger à ouvrir le jeu est à souligner. A défaut des trois points cela offre souvent du bon spectacle et des confrontations à suspense que la Ligue 1 envie à la Premier League.

Commentaires fermés.