Mondial 2018 – Mondial 2018 : Faut-il s’inquiéter pour Kouyaté ?


Poussif depuis plusieurs matches et devenu remplaçant en équipe du Sénégal, Cheikhou Kouyaté a fragilisé son statut avant d’entamer sa première Coupe du monde. Est-ce inquiétant ?

Le football de haut-niveau et sa cruauté ne pardonnent rien. Vous pouvez comptabiliser près de 50 sélections, être l’un des capitaines le plus capé de l’histoire de l’équipe nationale, et être la cible de critiques après quelques défaillances. Cheikhou Kouyaté ne s’est en effet pas mis dans les meilleures conditions pour préparer la Coupe du Monde 2018. Pas très inspiré sur les matches de préparation des Lions, et encore moins sur les celles d’avant.

Un capitaine devenu remplaçant

Beaucoup en profitent pour faire resurgir ses prestations catastrophiques lors des éliminatoires de la Coupe du monde : « il n’est pas créatif », disaient certains observateurs. La preuve, aujourd’hui, il s’est retrouvé sur le banc lors de la première journée contre la Pologne le match le plus important. Auteur de bons matches lors de la préparation, Alfred Ndiaye a été préféré à Kouyaté grâce notamment à sa technicité et sa finesse au moment où l’enfant de Xar Yalla régresse.

Pas assez de matches-référence

A Moscou, le capitaine habituel de l’équipe du Sénégal était attendu pour en effet disputer sa première Coupe du monde dès le coup d’envoi. Et malgré une régularité louable depuis 2012, force est de constater Cheikhou Kouyaté manque de matchs références avec les « Lions ». « Mardi vous verrez la meilleure équipe du Sénégal », avait déclaré Aliou Cissé en conférence de presse de veille de match. Cela signifie alors que Kouyaté ne figure plus dans les premiers choix du sélectionneur. « J’ai préféré le mettre sur le banc, mais cela ne veut pas dire qu’il ne va jamais jouer », a-t-il expliqué à la fin du match contre la Pologne. Si le milieu de terrain ne fait plus partie des titulaires, viennent naturellement à l’esprit ses mauvais matches notamment lors de la Coupe d’Afrique des nations où son duo avec Gana Guèye était décrié par beaucoup de spécialistes. Selon eux, les deux ne sont pas complémentaires d’autant que Gana joue mieux au ballon et l’autre ne fait que courir pour ne récupérer aucun ballon. Très fort mentalement, expérimenté (28 ans), le désormais ex-capitaine va devoir rassurer son monde dès les prochains matches de ce Mondial russe. Contre le Japon, s’il retrouvera la confiance de l’entraîneur.