Super Coupe d’Europe – Real Madrid-Atlético Madrid : les notes du match


La Super Coupe d'Europe entre le Real Madrid et l'Atlético Madrid a accouché d'un match à rebondissements, avec des buts parfois splendides. Au final, les Colchoneros l'ont emporté 4-2 au bout des prolongations.

Première grosse affiche européenne de la saison avec la Super Coupe d’Europe mettant aux prises le Real Madrid, vainqueur de la Ligue des Champions, et l’Atlético Madrid, vainqueur de la Ligue Europa. Et il n’a pas fallu attendre longtemps pour vivre la première émotion, avec un but énorme de Diego Costa dès la 1ère minute de jeu. Sur un dégagement de Godin, l’attaquant prenait le meilleur sur Ramos dans un duel aérien. Il reprenait le contrôle du ballon, déposait Varane à la course et fusillait, dans un angle très fermé, Keylor Navas (0-1, 1ère). De quoi lancer la rencontre et surtout mettre les Colchoneros dans leur situation préférée. Auteurs d’un gros pressing sur le porteur du ballon adverse, ils étouffaient le Real au cours des premières minutes. La Casa Blanca parvenait enfin à poser le pied sur le cuir après dix minutes et investissait le camp adverse.

La première occasion merengue intervenait à la 17e minute, après un excellent travail de Marcelo sur l’aile et un centre puissant repris, en madjer, par Asensio. Oblak, le gardien s’offrait une première parade de qualité. Il ne pouvait par contre rien sur l’égalisation de Karim Benzema, de près et de la tête, parfaitement servi par Gareth Bale (1-1, 27e). Le Real prenait le dessus, dans le jeu et même dans l’intensité. Étrangement seul, Asensio avait l’opportunité de frapper, mais son tir frôlait le poteau gauche d’Oblak (28e). Totalement asphyxiés par le Real, les Colchoneros éprouvaient le plus grand mal à sortir le ballon proprement de leur camp. Ils terminaient néanmoins un peu mieux la première période, sans se créer de réelles occasions.

L’Atlético achève le Real en prolongations

Au retour des vestiaires, l’Atlético développait enfin un peu de jeu, Griezmann touchait plus le ballon mais pas d’occasions à se mettre sous la dent. Un peu avant l’heure de jeu, l’entraîneur merengue, Julen Lopetegui, faisait entrer Luka Modric, à la place d’Asensio, tandis que son homologue Diego Simeone décidait de lancer Correa à la place de Griezmann. L’international français, en phase de reprise, n’a pas particulièrement brillé pour son grand retour, manquant de volume de jeu. Le Real Madrid prenait ensuite l’avantage, suite à une main de Juanfran dans la surface et un penalty transformé par Sergio Ramos (2-1, 63e). Plus hachée, la rencontre peinait à accoucher de situations offensives dangereuses. Une frappe sans danger de Benzema (66e) réveillait à peine le public. Mais le Real semblait s’endormir également.

Et à force de baisser de pied, il allait être sanctionné. Juanfran s’amusait avec Marcelo et remisait à Correa, qui poursuivait le débordement et centrait en retrait pour Diego Costa, qui n’avait plus qu’a pousser le ballon au fond des filets (2-2, 79e). Tout était relancé, l’Atlético Madrid donnant le sentiment d’être beaucoup mieux physiquement. Thomas Lemar était sorti par Simeone à la 90e, après un match moyen, avec trop de pertes de balle dans l’entrejeu. On filait donc tout droit vers les prolongations. Des prolongations que le Real Madrid entamait avec un regain d’énergie, investissant la moitié de terrain adverse.

Avec à nouveau plus de peps, il mettait la pression sur l’Atlético. Mais la sortie de Casemiro se ressentait défensivement. Et l’Atlético Madrid allait frapper fort. D’abord en exploitant une erreur de Varane, grâce à Thomas, qui centrait pour Saul. Ce dernier envoyait une mine en reprise de volée, inarrêtable (2-3, 98e). Puis Diego Costa, décidément dans tous les bons coups, s’amusait côté gauche, remisait pour Vitolo qui avait vu Koke arriver sur sa droite. Le milieu concrétisait du droit (4-2, 104e). Les Colchoneros avaient plié la rencontre sur deux actions de grande classe. De quoi faire oublier une certaine indigence dans le jeu au cours du temps réglementaire. La différence s’est effectuée au niveau du coaching. Les entrants merengues n’ont pas assez apporté quand ceux de l’Atlético ont été décisifs, à l’image de Correa, Thomas et Vitolo. Au final, ce sont eux qui ont glané ce prestigieux titre. Le Real Madrid est prévenu pour la saison de Liga !

L’homme du match : Diego Costa (8) : début de match tonitruant pour l’attaquant qui a marqué dès la première minute de jeu, grâce à une frappe puissante dans un angle fermé. Son duel avec Sergio Ramos a été âpre (8e, 18e, 65e). Alors qu’il sentait mal les coups, il a tout de même égalisé grâce au centre en retrait de Correa (79e). Il est aussi impliqué dans le but de Saul en décalant Partey (98e). Il a réalisé une fin de match et une prolongation de haut niveau, ne lâchant pas le pressing des défenseurs du Real. Une grosse performance qui fait de lui l’homme de ce match. Il est remplacé par le défenseur José Maria Gimenez (109e).

Revivez le film de la rencontre.

Real Madrid :

-Navas (4) : fusillé en angle fermé par Diego Costa, il s’incline dès le début de la rencontre. Quasiment plus rien à faire jusqu’à la pause. Et pas grand-chose non plus en deuxième période à vrai dire tant l’Atlético a peiné à s’approcher de sa cage. Mais il a été totalement abandonné par sa défense durant les prolongations. Pas décisif mais pas fautif.

-Carvajal (5) : on l’a connu plus offensif que ce soir. Le latéral espagnol s’est contenté de bien boucler son couloir, où ni Koke, ni Lucas Hernandez n’ont jamais pu vraiment déborder durant le temps réglementaire. Cela a été plus difficile durant les prolongations. Il peut faire mieux.

-Varane (3) : une première minute terrible où il se fait déposer par Diego Costa, pourtant pas le plus rapide des attaquants, alors qu’il semble en avance sur son adversaire. Puis Varane a su se reprendre après ce départ manqué, livrant ensuite un match plein d’autorité. Plus propre que Ramos dans les duels mais pas moins efficace, il a dominé dans les airs. Malheureusement, le match ne s’est pas arrêté à la 75e et il a vécu une fin de match terrible. D’abord, il ne sent pas Costa dans son dos sur l’égalisation. Puis il est fautif, en prolongations, sur le but de Saul, avec deux pertes de balles consécutives. Sur la deuxième, il n’est pas aidé par Ramos mais se fait chiper le ballon trop facilement par Thomas.

-Ramos (4) : lui aussi est coupable sur le premier but de Costa. Il perd le premier duel de la tête, et ne se rend pas compte que l’attaquant a récupéré le cuir. Après, on a retrouvé Sergio Ramos et ses coudes sortis dans les duels aériens. Il en a livré des homériques avec Costa, coéquipier en sélection. Les deux hommes se sont mis des coups toute la rencontre mais se sont tapés dans la main à l’issue de la rencontre. Buteur sur penalty, où il a pris Oblak à contrepied, mais aussi fautif sur le troisième but de l’Atlético. Il a pris l’eau en fin de rencontre.

-Marcelo (5) : virevoltant en première période, il semblait être partout sur le pré. Comme à son habitude me direz-vous. Il a cependant manqué de spontanéité parfois dans ses choix et n’a pas été décisif. Un bon centre à son actif pour Asensio, qui débouche sur une grosse occasion. Il aurait pu tuer le match dans le temps additionnel en réussissant sa reprise après un bon service de Bale mais il s’est loupé.

-Casemiro (5,5) : un début de match timoré, à l’image de ses coéquipiers, puis une montée en régime. Il est alors redevenu ce cerbère parfois infranchissable qui empêche le milieu adverse d’approcher trop près de la surface. Une présence inestimable. Un peu moins bien après la pause et remplacé par Ceballos (76e). Et mine de rien, sans le Brésilien, le Real a encaissé 2 buts et finalement perdu la rencontre.

-Kroos (5,5) : il a distribué les transversales comme Ramos distribue les coups. Des changements d’aile à foison donc, et peut-être un manque de verticalité dans le jeu. Mais par sa sûreté technique et sa présence dans les points chauds, il est toujours la garantie merengue dans l’entrejeu. Cependant, il n’a pas su faire oublier la sortie de Casemiro, et le Real s’est montré bien plus friable défensivement. Remplacé en fin de match par Mayoral (102e) alors que le Real était mené au score.

-Isco (5) : c’est évidemment toujours un exceptionnel manieur de ballon, mais ce soir, il n’a pas été très inspiré dans ses choix. Ses dribbles n’ont pas eu l’effet escompté, et on l’a senti trop timoré. Pas dans un grand soir mais toujours utile pur fluidifier la circulation du ballon. Remplacé par Lucas Vazquez (83e), mobile mais trop brouillon pour créer de vraies différences.

-Bale (6,5) : il a réalisé une bonne préparation estivale, montrant qu’il avait les épaules pour devenir l’atout offensif numéro 1 du Real après le départ de Cristiano Ronaldo. Face à l’Atlético, le Gallois a prouvé qu’il avait effectivement les jambes, avec des prises de balle tranchantes, des changements de rythme et surtout une meilleure intégration dans le collectif madrilène. Placé à droite, il a parfois permuté avec Asensio. Auteur de la passe décisive, du pied droit, pour Karim Benzema. Il semble prêt pour une belle saison.

-Asensio (6) : il est celui qui devrait numériquement remplacer Cristiano Ronaldo dans le onze de départ cette saison. Et le joueur de 22 ans sait se montrer à son avantage. Deux actions de classe pour lui en première période, avec une Madjer bien sentie mais sortie par Oblak, et une frappe qui a frôlé le poteau. Beaucoup de courses, des permutations, une envie de participer au jeu, bref, plutôt prometteur pour la saison à venir. Remplacé par Luka Modric (57e), qui a pris place dans l’entrejeu, Isco se décalant à gauche. Le Croate n’a pas affiché un visage rayonnant, mais c’est normal, il est en phase de reprise, et a peut-être été troublé par les questions concernant son avenir...

-Benzema (7) : le Français le sait, il aura plus de pression cette saison. Et devra marquer plus de buts. Il a commencé sa moisson dès la Supercoupe d’Europe donc, en terminant parfaitement d’une tête croisée une action initiée par Bale. Au-delà de ce but, Benzema s’est montré très utile dans le jeu. Oui il devra être plus proche du but sans CR7 mais cela ne l’empêche pas de multiplier les décrochages et les relais intéressants, que ce soit au milieu ou sur les côtés. De belles déviations pour ses partenaires offensifs au cours de la rencontre, preuve que le collectif reste sa priorité. Il est aussi à l’origine du penalty obtenu puisque son déplacement dans la surface pousse Juanfran à l’erreur. Très encourageant pour la suite.

Atlético Madrid :

-Oblak (6,5) : un peu de travail pour le gardien slovène qui a réussi un arrêt réflexe sur une belle madjer d’Asensio (17e). Sur le but, il s’est un peu laissé porter par son élan et s’est fait ajuster par Benzema (27e). Il est pris à contre-pied par le penalty de Sergio Ramos (63e). Lorsque son équipe a mené au score, lors des prolongations, il a bien su temporiser quand il avait le ballon.

-Hernandez (6) : dans le onze de départ, malgré une incertitude avant la rencontre. Avec Bale et Carvajal sur son côté, il a eu fort à faire pour les contenir. Sur le but, il est débordé par le Gallois qui n’a plus qu’à centrer pour la tête de Benzema (27e). Dans le second acte et en prolongation, il a été plus solide et a bien répondu au défi proposé par ses adversaires directs. Offensivement, qu’un seul centre est à mettre à son actif (34e). Trop peu pour être décisif.

-Godin (6,5) : dès la première minute, il s’est illustré par sa belle ouverture pour Costa, qui a conduit à l’ouverture du score. Serein en début de partie, le dernier quart d’heure du premier acte a été plus compliqué. Il est bien revenu en seconde mi-temps et n’a pas concédé d’occasions face aux attaquants adverses. La prolongation s’est déroulée sans difficulté pour lui.

-Savic (5,5) : préféré à Gimenez, il a été bien en place pendant les 25 premières minutes, avec une belle interception (24e). À la 27e, il a laissé Benzema réceptionner le centre de Bale pour égaliser. Un début de deuxième période sur les bases de la première avec un beau geste défensif (60e). Mais comme en première, il a peu à peu laissé de l’espace aux attaquants adverses. La prolongation a été de meilleure facture.

-Juanfran (5) : maillon faible de la défense des Colchoneros, il a eu beaucoup de mal à contenir ses adversaires directs en première période, particulièrement Marcelo et ses déboulés. Le Brésilien a même pu adresser un bon centre pour Asensio, conclu par une madjer (17e). Il a été coupable de toucher le ballon du bras et a concédé le penalty menant au 2-1 (63e). Il s’est rattrapé en pressant Marcelo, ce qui a mené à l’égalisation de Costa (79e).

-Koke (7) : titularisé au milieu de terrain, l’espagnol n’a pas été assez percutant offensivement durant le temps réglementaire, malgré un centre en première intention à la 41e. Il n’a pas été précis dans ses passes, surtout aux abords de la surface (87e). On l’a plus vu dans un rôle défensif, prêter main forte à Hernandez sur le côté gauche. En prolongation, il a permis aux Colchoneros de faire le break en inscrivant le quatrième but de son équipe, d’un beau plat du pied (104e).

-Rodri (6) : malgré le peu de possession de son équipe, il a donné l’impression d’être à l’aise dans le jeu sans ballon durant les 45 premières minutes. Il a effectué une belle percée, mais, trop esseulé, il n’a trouvé personne (42e). Face aux milieux du Real, il n’a rien pu faire pour les contenir en seconde période, et a un peu baissé de régime. Il est remplacé par Vitolo (6) à la 72e. Une rentrée décisive puisqu’il est l’auteur de la passe pour Koke qui a inscrit le but du 4-2 (104e). Il a aussi été percutant grâce à sa fraîcheur, et a baladé ses adversaires à la 111e.

-Saul (7) : aligné au milieu de terrain au côté de Rodri, il a été solide sans toutefois avoir le ballon. Un petit passage à vide lors du moment fort du Real, à l’instar de ses partenaires. En prolongation, il a donné l’avantage à l’Atlético d’une superbe volée à l’entrée de la surface, qui a fini en pleine lucarne (98e). Un énième golazo pour lui, qui est un habitué de ce type de buts.

-Lemar (5,5) : titulaire pour son premier match officiel avec les Colchoneros, il s’est plus illustré défensivement. Il a joué assez bas et n’a pas su se montrer percutant en attaque, avec pas mal de déchet. Ses prises d’initiatives balle au pied n’ont pas été décisives. Plus axial dans le dernier quart d’heure, il s’est un peu plus fait remarquer, mais a continué à avoir du déchet (86e). Il est remplacé par Thomas Partey (90+1e). Il a fait un gros pressing pour récupérer la balle et faire un centre décisif pour Saul (98e).

-Griezmann (4) : le champion du monde n’a pas réussi à prendre le jeu à son compte en première période. Bien qu’il ait essayé de relancer vite vers l’avant, ses ouvertures n’ont pas trouvé preneur, notamment Costa à la 35e minute. Sûrement à court de forme, il n’a pas assez combiné avec ses partenaires. Il est remplacé par Angel Correa (6,5) à la 58e. Ce dernier a été passeur décisif sur le deuxième but de Costa (79e).

-Diego Costa (8) :lire ci-dessus.

FootMercato

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *