Réunion de crise dans la Tanière , ce qui s’est passé !


Pour un nouveau départ, la Fédération sénégalaise de football et les Lions se sont réunis mercredi dernier à l’hôtel Millenium de Roissy, en banlieue parisienne. Les deux parties ont lavé le linge sale en famille après les incompréhensions nées de la dernière Coupe du monde.

Comme on s’y attendait, la Fédération a organisé son «ndeup» avec les joueurs. Avant-hier, mercredi, l’instance faitière a convoqué ses derniers à une réunion. Si, habituellement, les différentes parties se rencontraient à chaque rassemblement pour améliorer les conditions d’existence à travers un dialogue, cette-fois ci les fédéraux sont partis au-delà. Ils se sont retrouvés entre hommes pour laver le linge sale en famille. Parce qu’après l’élimination du Sénégal au premier tour de la dernière Coupe du monde, certaines révélations et autres déclarations ont fait tache d’huile. Obligeant ainsi Me Augustin Senghor et ses collaborateurs à prendre certaines mesures notamment sur le cas Omar Daf, le 2ème entraîneur adjoint, sans statut et El Hadad, qui sert de relais à Paris depuis 2015. Tous les deux ont été recalés du voyage d’Antananarivo.  

Le privilège de porter le maillot national 

Alors, lors de cette rencontre pour un nouveau départ de la Tanière, la stratégie a été tout à fait claire. Les fédéraux n’ont pas voulu polémiquer. C’est pourquoi seul Me Senghor a pris la parole pour conscientiser les joueurs sur la valeur du maillot national qu’ils ont le privilège de porter. Arrivé dans la capitale française le mercredi matin, en compagnie de Cheikh Seck, le 5ème vice-président chargé des compétitions internationales, le président Senghor a dans la foulée rencontré l’ensemble de la délégation pour tirer certaines questions au clair.  

Durant ce conclave, l’instance dirigeante a distribué à nouveau la charte de l’équipe nationale rédigée en 2015 et adoptée lors du protocole de Polokwane en novembre 2016 en Afrique du Sud.  

La charte de 2015 redistribuée aux joueurs 

Toutefois, le discours du président a été sans ambages. Il a fait comprendre aux joueurs que la Tanière reste ouverte dans les deux sens et que nul n’est indispensable. Il a pris pour exemple, les cadres qui avaient l’habitude d’être sélectionnés mais qui sélectionnés mais qui ont cette fois-ci été «ignorés» par le sélectionneur. L’attente du public sénégalais n’était pas en reste. Elle a eu une place de choix dans le discours de Me Senghor qui a surtout insisté sur les principes de la charte de l’équipe nationale. Pour éviter des polémiques ou autres débats inutiles qui pourraient créer des incompréhensions en cette veille de match international, les dirigeants n’ont pas jugé nécessaire de donner la parole aux joueurs pour les écouter. Même le coach, Aliou Cissé n’a pas eu droit au chapitre.  

Record

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *