Le PSG remporte le Trophée des champions face à Monaco


Le PSG s'est largement imposé (4-0) ce samedi face à Monaco dans le Trophée des champions disputé à Shenzhen en Chine.

Le match : 4-0

Et de 6 ! En s'imposant largement ce samedi face à Monaco (4-0), à Shenzhen (Chine) dans le Trophée des champions, le PSG a égalé la série de Lyon, vainqueur de six éditions d'affilée entre 2002 et 2007, et compte désormais 8 succès dans l'épreuve.

Depuis 2013, personne n'est parvenu à dominer Paris dans cette rencontre qui lance la saison en France. Même privés de Neymar, au coup d'envoi, de Mbappé et de Cavani, leurs principaux atouts offensifs, les joueurs de la capitale ont montré leur supériorité sur Monaco, qui ne trouve décidément pas la solution face à cet adversaire (voir le chiffre).

Pour sa première composition en match officiel, Tuchel avait opté pour un 4-3-3 avec un mélange de joueurs expérimentés (Buffon, Rabiot, Di Maria, Verratti, Thiago Silva, Diarra) et de jeunes (Dagba, N'Soki, Weah...). Emmenés par un excellent Di Maria, les Parisiens ont dominé la rencontre et ont fait preuve d'une grande maîtrise dans le jeu. Ils ont logiquement ouvert le score à la 33e minute à la suite d'un coup franc direct de l'Argentin. Sept minutes plus tard, au terme d'une jolie action, Christopher Nkunku a repris un centre venu du côté gauche de Stanley N'Soki qui avait été parfaitement lancé par Verratti (40e).

Les Monégasques, qui évoluaient sans Falcao, arrivé vendredi en Chine, ont été loin d'être ridicules, même s'ils ont surtout opéré en contre. Tielemans (13e), Aholou (24e), Lopes (33e) et surtout Jovetic (47e, 50e), Raggi (56e) ont essayé de tromper Buffon sans succès.

Tuchel : «Nous avons mérité de gagner »

Le PSG a vu qu'il pouvait compter sur ces jeunes, qui ont fait le boulot sur le troisième but. Lancé sur le côté gauche, Nsoki a débordé Raggi avant de centrer pour Timothy Weah (67e). La frappe sur le poteau de Nkunku, décalé par Verratti à la suite d'une superbe percée dans le camp monégasque, a fait frémir les joueurs de Jardim, qui ont de nouveau cédé en toute fin de match face à Di Maria (90e+2). «Je suis très content, nous avons fait un bon match, très offensif, s'est réjoui Tuchel au micro de beIN Sports. Il fait très chaud ici, l'équipe était très jeune, mais ils ont travaillé comme une équipe, ça j'aime beaucoup. Nous avons mérité de gagner, je suis très content.»

L'autre bonne nouvelle pour le PSG, c'est le retour à la compétition de Neymar qui est entré en jeu pour le dernier quart d'heure à la place de Marco Verratti.

Le joueur : Di Maria déjà très en jambes

Après la déception du Mondial où l'Argentine a été sortie dès les huitièmes de finale par la France (3-4), Angel Di Maria semble avoir envie de passer à autre chose. L'ancien joueur du Real Madrid et de Manchester United a livré un match remarquable face à Monaco. Malgré une altercation en début de rencontre avec Jemerson, il a montré beaucoup de sérénité durant le reste de la partie et s'est procuré un grand nombre d'occasions. Dès la 9e minute, Di Maria a vu une première frappe détournée en corner par Glik. A la 15e, son tir à la suite d'un service de N'Soki n'a pas trompé Benaglio. Ses coups de pied arrêtés ont été précis et c'est logiquement sur coup franc qu'il a ouvert le score (33e). Après la pause, il a gardé un niveau élevé de performance, s'offrant deux frappes lointaines coup sur coup à la 49e. Il a aussi trouvé le petit filet à la 58e à la suite d'un excellent travail de Verratti. A la 70e, sa frappe a été détournée par Benaglio. Il a finalement marqué son deuxième but en fin de rencontre sur un service de Rabiot (90e+2). Il a logiquement été élu homme du match.

7 - Monaco est décidément à la peine face au PSG. En s'inclinant ce samedi, les joueurs de la Principauté ont enregistré une septième défaite de rang face aux Parisiens en match officiel. (Opta)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *