Le président de la FSF Augustin Senghor offre Sadio Mané en exemple


Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football, a offert en exemple le parcours de l’attaquant sénégalais, SadIo Mané parti de son village armé de son talent et de son courage et qui est en train de conquérir le football mondial.

"Pour le Sénégal et l’Afrique, Sadio Mané dépasse le simple cadre du football, du sport pour s’ouvrir à la jeunesse africaine en général avec ce qu’il est en train  de réussir", a dit le président de la FSF par ailleur, membre du Comité exécutif de la CAF dans un entretien avec cafonline.com.

"Ce qu’il réalise doit être un exemple pour les jeunes du continent surtout à un  moment où certains d’entre eux bravent les pires dangers pour essayer de migrer vers l’Europe’’,  a expliqué Augustin Senghor après la qualification de Liverpool en finale de le Ligue européenne des champions.

"Il a travaillé ici dans son pays et gravi les échelons les uns après les autres pour arriver à son niveau actuel", a-t-il dit soulignant qu’avec le travail et le courage, on peut arriver au niveau des meilleurs.

"C’est l’exemple d’émigration réussie au contraire de ces milliers de jeunes qui prennent des risques insensés pour aller à l’aventure", a-t-il insisté au sujet de l’ancien pensionnaire de Génération Foot académie, basée au Sénégal, et filiale du FC Metz (France).

"Et quand on retrace l’itinéraire de ce footballeur qui est né dans une zone reculée et enclavée (dans la région de Sédhiou au sud du Sénégal) mais qui a gravi les échelons en croyant en lui-même et en travaillant en conséquence, on se dit que tout est possible quand on s'en donne les moyens", a-t-il commenté.

"L’Afrique a besoin de ce genre de modèle", a martelé le président de la Fédération sénégalaise de football qui avait été un des invités du club anglais lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions à Anfield Road.

"Je suis fier de ce qu’il est entrain de montré avec Salah (Mohamed)", a-t-il ajouté espérant que des jeunes Africains pourront prendre exemple sur le parcours de ces footballeurs pour refuser de succomber au mirage.

Et ainsi on pourra diminuer, à défaut d’éliminer ces drames de jeunes Africains mourant sur les côtes espagnoles, dans la mer Méditerranée ou dans le désert, a-t-il insisté.

"Arriver à ce niveau, suppose beaucoup de sacrifices et ces deux footballeurs sont passés par là", a dit Augustin Senghor qui est par ailleurs maire de Gorée au large de Dakar. Cette île a abrité une Maison des esclaves où des milliers d’Africains sont partis pour nourrir la traite négrière du 16e au 19e siècle.

Au sujet des deux Africains finalistes de la Ligue des champions, il les exhorte à travailler pour continuer davantage à porter haut les couleurs du continent et surtout de servir d’exemples aux jeunes.

"Et ils doivent comprendre que  les attentes sont désormais énormes après un tel parcours en Champion's League dans quelques semaines à la Coupe du monde", aajouté le président de la Fédération sénégalaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *