Premier League : Manchester City gâche les débuts d’Unai Emery à Arsenal


Le premier choc de la saison de Premier League a tourné à l'avantage du champion en titre, Manchester City, sur le terrain d'Arsenal (2-0). Raheem Sterling et Bernardo Silva ont marqué.

Les temps changent à Arsenal : pour la première fois depuis près de 22 ans, Arsène Wenger n'était pas sur le banc au coup d'envoi de la saison dimanche, à l'Emirates Stadium. Le calendrier n'avait pas gâté son successeur, Unai Emery, et ses Gunners n'ont pas franchement fait le poids face au champion en titre, Manchester City (0-2).

Les Citizens n'ont pas fait de folies à l'intersaison (une seule recrue de marque, Mahrez), et ils n'étaient pas encore tout à fait au complet dimanche, mais le onze titulaire aligné par Pep Guardiola - avec deux Français, Mendy et Laporte - avait de l'allure. Les visiteurs ont d'ailleurs vite fait le siège du but de Petr Cech : le gardien tchèque s'est interposé une première fois devant Raheem Sterling à la 9e, mais masqué, il n'a rien pu faire pour contrer la frappe tendue de l'Anglais cinq minutes plus tard (14e, 0-1).

Les joueurs de Guardiola étaient lancés, et après avoir manqué de peu de marquer contre son camp (22e), Cech a encore connu quelques frissons devant Laporte (28e) et Mahrez (42e) avant la mi-temps. La domination des visiteurs était nette, du moins dans la tenue du ballon (60% de possession à la pause) et l'occupation du terrain, mais les Gunners étaient dangereux en contre, en témoignent les tentatives de Bellerin (21e) et Aubameyang (45e).

Avec un épatant Mattéo Guendouzi à la récupération, ils ont continué de se procurer des occasions au retour des vestiaires, mais faute de cadrer (Lacazette, 56e, 90e+2) ou de faire les efforts pour se replacer (deux buts refusés pour hors-jeu à Aubameyang, 78e, et Özil, 86e), ils n'ont pas réussi à prendre à défaut la solide défense du champion en titre. Les Citizens, même davantage dans la gestion en seconde période, ont eux fait ce qu'il fallait pour se mettre à l'abri, et après que Sergio Agüero a oublié Kevin De Bruyne en contre (63e), Bernardo Silva a tué le match sur un centre en retrait de Benjamin Mendy, son ancien coéquipier à Monaco (64e, 2-0).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *