Ils ont participé à la Coupe du Monde en tant que joueurs, ils seront de la partie en Russie en tant que coaches


Thierry Henry, Belgique / France

La Coupe du Monde 2018 verra le retour de l’un des plus grands attaquants de tous les temps. Toutefois, ce buteur d’exception ne fera pas le voyage en Russie pour faire trembler les filets adverses, mais pour conseiller les Diables Rouges. Champion du monde 1998, Henry a disputé trois autres éditions de l’épreuve mondiale avec les Bleus (2002, 2006 et 2010). Il occupe aujourd’hui le poste d’adjoint de Roberto Martinez au sein de l’équipe de Belgique.

Miroslav Klose, Allemagne

L’ancien avant-centre allemand a mis un terme à sa carrière internationale en 2014, de la plus belle des manières : non content de soulever le trophée mondial, il a battu le record de buts en Coupe du Monde, avec 16 réalisations sur l’ensemble de sa carrière. Klose a raccroché les crampons en 2016. Dans la foulée, il a intégré le staff de Joachim Löw en équipe d’Allemagne.

Didier Deschamps, France

Capitaine de la France sacrée en 1998, Deschamps a succédé à Laurent Blanc à la tête des Bleus en 2012. Il a depuis mené son équipe à la deuxième place de l’UEFA EURO 2016, organisé sur ses terres. Après une première expérience au Brésil en 2014, il s’apprête à vivre sa deuxième Coupe du Monde en tant que sélectionneur.

Taffarel, Brésil

Champion du monde 1994 et finaliste malheureux en 1998, Taffarel a débuté sa seconde carrière en tant qu’entraîneur des gardiens à Galatasaray, en Turquie. Il tient aujourd’hui le même rôle au sein de la Seleçao, avec laquelle il travaille depuis 2014.

Ivica Olic, Croatie

Olic a disputé trois Coupes du Monde (2002, 2006 et 2014). Buteur à deux reprises dans cette compétition, l’ancien attaquant du Bayern Munich a patienté 12 ans avant de doubler enfin sa mise initiale. Après avoir pris sa retraite des terrains en juin 2017, il a intégré l’équipe du nouveau sélectionneur Zlatko Dalic en octobre.

Aliou Cissé, Sénégal

Capitaine du Sénégal lors de son unique apparition précédente dans l’épreuve, en 2002, Cissé avait conduit les Lions de la Teranga en quart de finale. À partir de 2012, il a commencé à travailler au sein des sélections de jeunes. En 2015, l’ancien défenseur a été promu sélectionneur national. Pour son premier mandat, il a validé le billet de son équipe pour la phase finale de la Coupe du Monde en Russie.

Stanislav Cherchesov, Russie

L’ancien gardien de but n’a disputé qu’un match, malgré deux convocations pour la Coupe du Monde en 1994 et 2002, mais quel match ! Son unique apparition coïncide avec la victoire 6:1 de la Russie sur le Cameroun, marquée par le quintuplé record d’Oleg Salengo et le but encaissé par Cherchesov contre Roger Milla, devenu à 42 ans le doyen des buteurs dans le rendez-vous mondial. Vingt-quatre ans plus tard, Cherchesov aura la chance de diriger le pays hôte de l’épreuve.

Juan Antonio Pizzi, Spain / Saudi Arabia

Juan Antonio Pizzi, Spain / Saudi Arabia

Jon Dahl Tomasson, Danemark

Co-meilleur buteur de l’histoire de la sélection danoise avec 52 réalisations, Tomasson a disputé deux Coupes du Monde (2002 et 2010), au cours desquelles il a inscrit cinq buts en tout. Il s’était distingué durant Corée/Japon 2002 en trouvant le chemin des filets à quatre reprises en autant de sorties. Nommé entraîneur de Roda JC Kerkrade en 2013/14, l’ancien joueur du Feyenoord a saisi la main tendue par Age Hareide lorsque celui-ci lui a proposé de rejoindre le staff de la sélection danoise en 2016.

Oscar Ramirez, Costa Rica

Ramirez faisait partie de l’équipe du Costa Rica qui a disputé Italie 1990. Il a pris part aux quatre matches des Ticos lors de cette première qualification historique. L’ancien milieu de terrain a entamé sa carrière d’entraîneur en 2002 même si, pour le moment, sa renommée n’a pas encore dépassé les frontières de son pays. Il a repris les rênes de l’équipe nationale en 2015, qu’il a menée avec succès en Russie.

Mladen Krstajic, Serbi-et-Monténégro / Serbie

Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs de Bundesliga dans les années 2000, que ce soit au Werder Brême ou à Schalke 04, Krstajic a représenté la Serbie-et-Monténégro durant Allemagne 2006. Les Orlovi avaient déçu à l’époque en terminant à la dernière place de leur groupe, malgré un parcours étincelant en compétition préliminaire. La défense, composée de Krstajic, Vidic, Dragutinovic et Gavrancic, avait de quoi séduire. Krstajic a raccroché les crampons en 2011 pour intégrer, cinq ans plus tard, l’équipe de Slavoljub Muslin en sélection. Suite au départ de ce dernier, l’ex-international a pris les commandes à titre provisoire.

Cha Du Ri, République de Corée

Arrière droit réputé pour ses montées énergiques, Cha Du-ri a été repéré par Guus Hiddink avant la Coupe du Monde 2002, alors qu’il évoluait au sein d’une équipe universitaire. Il est entré en jeu à quatre reprises devant son public. Huit ans plus tard, il était à nouveau du voyage en Afrique du Sud. Fils du légendaire Cha Bum-kun, Du-ri a réalisé une belle carrière en Allemagne, en Écosse et en République de Corée. À sa retraite, il est devenu entraîneur. Il est aujourd’hui en charge de la défense au sein de l’équipe entraînée par Shin Tae-yong.

Gareth Southgate, Angleterre

Défenseur de l’Angleterre à la fin des années 90 et au début des années 2000, Southgate a disputé trois matches en 1998. Il a également été appelé en 2002, mais il n’est pas entré sur le terrain. Tout de suite après avoir terminé sa carrière à Middlesbrough, il s’est lancé dans le métier d’entraîneur dans ce même club. Il a également œuvré au sein des sélections de jeunes de son pays. Le départ précipité de Sam Allardyce lui a donné l’occasion de diriger son premier match en équipe nationale, à l’époque en tant qu’intérimaire. Ses bonnes performances dans les préliminaires de Russie 2018 ont convaincu ses dirigeants de le confirmer dans ses fonctions, après quatre matches.

Adam Nawalka, Pologne

Nawalka a disputé son premier match en équipe de Pologne à 19 ans. Un an plus tard, il enchaînait cinq apparitions en Coupe du Monde 1978, terminée à la cinquième place. Contraint de mettre un terme à sa carrière internationale pour cause de blessure, il a effectué son retour en équipe nationale 30 ans plus tard, d’abord comme adjoint (2007/08) puis en tant que sélectionneur (depuis 2012).

Vahid Halilhodzic, Yougoslavie / Japon

L’attaquant bosnien a représenté la Yougoslavie pendant la Coupe du Monde 1982 en Espagne. Devenu entraîneur, il a participé à trois phases finales avec trois pays différents : la Côte d’Ivoire en Afrique du Sud (2010), l’Algérie au Brésil (2014) et le Japon en Russie (2018). Il avait conduit les Fennecs en huitièmes de finale il y a quatre ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *