Liverpool roule sur Chelsea et reprend la tête de la Premier League devant City !


Sept ans après sa dernière victoire à domicile contre Chelsea, Liverpool renoue enfin avec la victoire grâce à deux buts magnifiques de Mané et Salah (2-0). Les Reds récupèrent la tête de la Premier League à quatre matches du terme, la fin de saison va être haletante.

Liverpool 2-0 Chelsea

Buts : Mané (50e) et Salah (54e) pour les Reds

Cette fois, personne n'a glissé. Du rouge et du bleu, du sang et des larmes. Pokemon Rubis et Saphir, Groudon, Kyogre, la team Alpha, la team Magma. Liverpool contre Chelsea Liverpool contre Chelsea, et l’ombre Citizen qui plane au-dessus d’Anfield, comme celle du grand méchant sur le cheptel qui s’arrête à transhumer. On attendait de voir comment les Reds allaient aborder ce dernier « grand » choc de l’année, celui de toutes les peurs, voilà la réponse : parfaitement. Liverpool s’impose sur deux buts de ses hommes providentiels, Mané et Salah, et reprend (encore) les rennes de la Premier League à Manchester City… enfin, jusqu’au prochain weekend.

Du symbolisme, tout sauf boring

City s’étant imposé à Southampton, les enjeux de ce bouillant choc de Premier League étaient tout posés : une victoire pour reprendre la tête, sinon rien. Les taquins avaient remarqué que l’adversaire qui avait fait chuter les Reds de 2014 était déjà celui-là, au détour d’une glissade devenue célèbre et d’une folle cavalcade de Demba Ba. Comme on se retrouve, donc. Cinq étapes à négocier, pas une de plus, que Liverpool entame avec une bonne dose de symbolisme, le You’ll Never Walk Alonerésonnant à la hauteur de l’événement : ce dimanche à Anfield, on rend hommage aux trente ans de la tragédie d’Hillsborough. Forcément, ça motive.

Le pressing de Liverpool sur Jorginho est comme d’habitude étouffant, permettant à Salah d’ouvrir le bal d’une volée trop centrée sur Kepa après un centre venu de la gauche de Sadio Mané (6e). C’est une furia de jeu, peu de sorties de balles, peu d’erreurs. La frappe décentrée de Willian (30e), répond à celle de Mané (37e), et les Blues s’en contenteront : Sarri a prévu d’évoluer en contre-attaque, pas de place pour autre chose. La première période était vide d’occasions, mais pleine de jeu. Que l’on se rassure : le dernier 0-0 contre Chelsea à Anfield remonte à plus de cinquante ans.

But du week-end

Car on dit parfois que l’Angleterre en fait trop avec les chiffres, les nombres, les stats. Celle-là, pourtant, n’existe pas pour rien : à peine revenus sur la pelouse, les Reds accentuent la pression et font sauter la soupape Kepa. Mané, d’abord de la tête (1-0, 50e) puis Salah d’une frappe plus limpide que les eaux du lac Louise (2-0, 54e), font réaliser à Sarri que sa tactique était la mauvaise. L’Italien, avancé sans 9 de métier, envoie Higuaín au charbon à la place de Hudson-Odoi, permettant à Hazard de retrouver une aile gauche qui lui redonne du punch. À l’heure de jeu, c’est donc le poteau qui l’empêche miraculeusement de réduire la marque, avant qu’Alisson ne s’interpose devant lui (59e, 60e). Bon Dieu, ça chauffe.

Et puis, progressivement, le feu a étouffé l’eau. Pour la dédicace, Andy Robertson s’est même permis une petite glissade à cinq minutes du terme, histoire de de faire souffler Klopp. Sans conséquence, cette fois, puisque c’était Higuaín en face. Cette défaite, si elle devait trouver un responsable, serait imputable à Sarri. Mais mieux, pour une fois, Liverpool a eu du pot : cette fois, personne n'a glissé. Ou presque, mais c'était pour le clin d'oeil. Le rêve est toujours permis.

Sofoot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *