CAN 2019 : le Sénégal à l’épreuve de l’Ouganda pour une place en quarts


Placé parmi les favoris de la CAN 2019, le Sénégal va se frotter à l’Ouganda en huitièmes de finale vendredi 5 juillet à 19h (TU). Les Cranes, très séduisants au premier tour, ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin, et si une affaire de primes a secoué l’équipe ces derniers jours, elle constituera une motivation supplémentaire face aux Lions selon leur sélectionneur.

 

En près de dix ans sur le continent africain, l’entraîneur français de l’Ouganda, Sébastien Desabre, a déjà prouvé son savoir-faire technique, mais jeudi, il a montré ses talents en termes de communication de crise. Quand la préparation de son équipe est perturbée par une affaire de primes, poussant ses joueurs à boycotter une séance d’entraînement, et à retarder de plus de trois heures une autre, Desabre parle de « mini-évènement, pas très important ». On n’est pas obligé de le croire…

Par contre, il faudra bien être d’accord avec lui quand il estime que cette situation va « influer de manière positive » et « renforcer la cohésion » du groupe au moment d’affronter le Sénégal, annoncé comme favori de ce huitième de finale qui va se jouer au Stade international du Caire.

Retour de Sané et Sabaly

Si l’Ouganda n’avait rien à perdre en faisant face au Sénégal, les Cranes se sont trouvé le moyen de se mettre une pression en déclenchant ainsi une action pour une revalorisation des primes. Ce n’est peut-être pas une bonne nouvelle donc pour Aliou Cissé et ses hommes, qui, après avoir rassuré face au Kenya (3-0), après une défaite devant l’Algérie (0-1), doivent éviter une sortie de route dès les huitièmes. « L’Ouganda, c’est une équipe qui est un cran au-dessus de la Tanzanie et du Kenya, reconnaît Aliou Cissé, le sélectionneur des Lions. C’est une équipe très costaude, défensivement en place avec deux lignes de quatre, qui presse beaucoup et qui met souvent en difficulté des équipes qui jouent la possession. »

 

Au premier tour, la RDC a été ainsi punie par l’efficacité ougandaise (2-0), et l’Égypte s’en est bien sortie avec une victoire en trompe-l’œil (2-0). Aujourd’hui, les Cranes, qui n’avaient plus franchi le premier tour depuis 1978, veulent prolonger le plaisir. « Nous allons tout donner contre le Sénégal », jure le capitaine et gardien de but Denis Onyango

En face, les Lions ont tout intérêt à se méfier d’un adversaire qui ne les a jamais battus en cinq confrontations. Et si le Sénégal va encore se passer de son gardien titulaire, Édouard Mendy, désormais forfait pour le reste de la compétition (fracture d’un doigt), il récupère tous ses anciens blessés dont Salif Sané, Youssouf Sabaly en lice pour une place de titulaire en défense. Cela ne sera pas de trop pour faire mal aux Cranes.

afriquefoot

Commentez via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.